Lorsqu’on n’est pas un gros baroudeur dans l’âme, franchir le cap du premier voyage en solo n’est jamais facile. Le mien c’est actuellement, à 27 ans, à Stockholm. Alors quand décider de partir seule en voyage ? Quelle destination choisir ? A quoi s’attendre sur place ? Ces réponses sont uniquement personnelles mais peuvent peut-être vous aider pour votre premier solo trip !

Partir seule en voyage, oser.

Ces derniers temps j’ai écouté pas mal de podcasts voyage (pour vous en faire un article notamment). Sur le thème du voyage, la thématique qui revient souvent c’est le voyage en solo. Notamment chez les filles car parfois rentrer seule chez soi le soir parait une expédition alors un voyage entier !!
Les nombreux témoignages de voyage en solo m’ont inspirée. Je m’y suis peu reconnue car c’était souvent des baroudeuses qui partaient dans les 4 coins du monde sans pression (ou juste avec une petite pression). Toutefois, l’idée me séduisait. J’ai la chance d’avoir de nombreux congés avec mon travail mais mes dates collent rarement à celles des autres. Le nombre de fois que j’ai été frustrée de ne pas pouvoir profiter de billets pas chers parce que personne ne pouvait venir avec moi… Eh bien c’était très bête. Après tout, dans mon travail, je suis souvent amenée à faire des reportages seules, dans des endroits parfois bien isolés même si on n’est qu’à quelques petites heures de Marseille. Au final un voyage solo c’est un peu pareil, sauf que ça dure plus qu’une journée.
Les récits de voyage en solo avaient également tous un point en commun. Une période de la vie. Une démission d’un job trop prenant, une rupture, un deuil, un tournant de sa vie… Ce voyage en solo est souvent décrit comme une introspection et un besoin de se retrouver seul avec soi-même.

Dans mon cas c’est un peu différent. Ce voyage était prévu dans le cadre de mon partenariat avec Air France, l’agence de Marseille. Il était prévu à 2 mais au fond, je savais qu’il y avait un risque sur deux pour que je parte seule. Ça a été le cas. J’aurais pu faire mon possible pour changer le nom du second billet et partir accompagnée. Mais au final, c’était l’occasion parfaite pour un voyage en solo et surtout une période parfaite. Beaucoup de changements dans ma vie en peu de temps, énormément de travail en plus du blog qui fait que je n’ai pas le temps de me poser sur ce qui m’arrive, ce que je ressens. Alors faire un break d’une semaine, dans cette ville que j’ai tant aimée il y a 6 ans et où j’ai de nombreux repères, c’est le moment.

Si vous n’avez pas spécialement envie de partir seul, ne le faites pas. Ne vous dites pas que c’est un truc un peu à la mode de femme libérée (ou d’homme bien-sûr !), attendez le moment où vous en aurez vraiment besoin et que vous serez prêt, quelle qu’en soit votre raison.

Avant le voyage en solo

Beh forcément, on stresse. Enfin du moins moi. Je stresse déjà de tout mais là… J’ai eu une petite phase de panique à un mois du séjour en réservant mes logements, en essayant de trouver la bonne organisation, en me projetant seule au resto (ma hantise !).
Je pensais être morte de trouille la semaine qui précédait le départ. Eh bien non. Je stressais plus de devoir tout boucler au bureau avant de partir plutôt que du voyage en lui-même. Je prévoyais quelques étapes du voyage, scrutait la météo (« Vader Stockholm » a détrôné météo France sur ma barre de favoris haha #tarée) tous les jours… Au final, ma tête était déjà là-bas.

Solo trip en Europe, carnet de bord

Jour 1

C’est le départ. Réveil à 4h du matin. Dur. J’avoue, je me fais accompagner à l’aéroport pour être plus rassurée de ne pas attendre la navette seule à la gare à 5h du mat’ et être sûre d’arriver à l’heure.
6h30, je vais prendre mon avion seule. J’ai l’habitude de prendre le train seule mais l’avion c’est une première. J’ai une escale à Paris, première fois à Charles de Gaulle. Je panique un peu à la vue de ce couloir sans fin pour arriver à l’autre porte d’embarquement. Mais je suis très large dans le temps au final. 10h, j’embarque pour le second avion. J’ai tellement hâte d’arriver !
Une fois l’atterrissage fait, reste la navette aéroport. J’avais déjà réservé mes billets de bus. Pour paniquer le moins possible en voyage solo, prévoyez ce genre de détails logistiques à l’avance, ça vous évitera d’être totalement perdu.
40mn plus tard, je fais mes premiers pas à Stockholm. J’arrive à rejoindre mon auberge sans aucun GPS. Merci à mes parents de m’avoir dotée d’un si bon sens de l’orientation haha, et d’une bonne mémoire !

Je découvre ma chambre, toute petite, toute mignonne à la vue canon. Je me sens déjà bien et ça c’est cool. Première demi-journée plutôt calme avec petite sieste, balade sur l’île, où je dors, pour profiter des premiers instants au calme.
Le soir, je m’attèle au marathon des musées car c’est Kulturrnat, une nuit des musées / lieux culturels avant l’officielle nuit des musées européenne. Je me laisse guider par ce qui me semble attrayant. Je fais de belles découvertes. Premier goût de liberté.
Seul souci : manger ! Je ne me sens pas de me poser à un resto, je ne trouve pas de take-away… Heureusement le musée à côté de mon auberge fait un petit barbecue pour l’occasion avec des hot dog grillés. C’est parfait ! Premier jour, check !

Jour 2

J’embarque pour l’île de Grinda. Je suis un peu perdue sur les horaires mais j’entends parler français. Je demande conseil à un monsieur. On profite de la traversée pour discuter un peu. C’est un expat’ depuis 4 ans, il vit à Stockholm avec son fils. Je me renseigne un peu sur l’expatriation. A part que les suédois détestent le conflit et que ce n’est pas toujours évident pour faire avancer les projets en entreprise, il n’y voit aucun inconvénient. Tu m’étonnes ! En tout cas, ça fait du bien d’échanger un peu plus que 2/3  phrases avec quelqu’un.

A Grinda, je suis seule au monde. Au début un peu trop et je me dis qu’être 2 aurait vraiment changé l’expérience. Au final, je continue tout de même l’expédition, j’ai de moins en moins peur, je profite parce qu’avoir peur est vraiment bête, je ne risque absolument rien ici ! Petite fierté d’avoir fait l’expérience jusqu’au bout pour n’avoir aucun regret !

Dans le bateau du retour, une mère et sa fille s’installent en face de moi. La fille lit le guide « Un grand week-end ». Cool, elles parlent français ! On papote un peu, elles  me donnent plein de bonnes adresses !
Le soir, je mange à l’auberge. Il n’y a que 2 familles, pas vraiment de rencontres et échanges possibles mais c’est pas grave, je suis assez crevée de ma journée.

Jour 3

Le soleil brille encore à Stockholm !
Au petit dej’, nous sommes une rangée de femmes seules. Une fille et moi d’à peu près le même âge, deux autres qui ont au moins la cinquantaine. Mais chacune reste à sa table. Je me dis que je pourrais être plus sociable et aller parler à celle de mon âge mais elle a l’air aussi réservée que moi alors… Je prends mon petit-dej’ et file vivre de nouvelles aventures !

Je fais mon premier dej’ en solo au jardin de Rosendal. C’est comme un self service donc pas de longue attente malaisante entre la commande et le repas. Je regarde les gens, profite de ce lieu incroyable. Premier repas, check !
Je me pose longuement dans l’herbe sous les pommiers après-manger. J’essaie de prendre le temps. Pas facile pour moi qui adore visiter 50000 trucs par jour. Mais c’est super agréable. Je suis entourée de jeunes familles avec pleeein de bébés. Et pourtant, le seul bruit ambiant : les oiseaux !

Je continue ma balade,  fais un musée que je n’avais pas prévu mais comme je passe devant, j’en profite. Je vais faire mes petites courses pour le soir, me pose sur la terrasse de mon auberge pour commencer à écrire des articles… Remarque sur le voyage en solo : de la même manière que je me balade très souvent seule à Marseille, ici balader seule, faire mes courses, rentrer « chez moi » me donne l’impression d’être une locale. Impression qui me serait moins venue à l’esprit si on avait été deux. Et comme je rêveeee de vivre ici, ce sentiment est vraiment cool !

Jour 4

Je me sentais capable de partir ¾ jours seule mais une semaine ça me semblait long. En effet, aujourd’hui c’est mon premier coup de mou. Je change de logement pour tester un autre quartier, je me demande si j’ai fait le bon choix parce que l’auberge était vraiment cool ! Je vis ma première averse après 3 jours de super beau temps. C’est pas grave mais faut quand même être sacrément motivé pour sortir sous la pluie… Mais ce n’est vraiment qu’une averse, ouf ! Je prends les transports pour la première fois et ai du mal à comprendre. Les suédois m’aident volontiers mais quand même, c’est ça qu’on appelle de grands moments de solitude

Aujourd’hui c’est Valborg, la fête du printemps où on fait un grand feu. Pour vivre à la suédoise, je vais à Skansen pour fêter ça. J’arrive à 14h, le feu n’est qu’à 21h. Ça va être long. Et ça l’est !! Alors je prends le temps, je m’ennuie un peu aussi. Mais au fond ça fait du bien. Le soir c’est un grand rassemblement. Même si beaucoup sont entre amis et familles, je ne me sens pas vraiment seule. Je vis le truc seule dans la foule parmi tous ces anonymes. J’aurais préféré partager ce moment avec quelqu’un c’est sûr mais ce n’est pas si terrible !

Jour 5

On est le 1er mai, c’est également férié pour les suédois. Je suis à la moitié du séjour, avec une moyenne de 10km par jour seule, je décide de prendre mon temps ce matin. J’en profite pour rédiger des articles dans ma grande chambre bien décorée au Airbnb, j’ai l’impression d’être un écrivain en résidence haha. Aujourd’hui est différent. Je passe l’après-midi avec Heloise de TheNothernItinerary, française expatriée en Suède depuis 3 ans et à Stockholm depuis 1 an. Une jolie rencontre grâce à l’Instagram de Les Français Voyagent ! Au final, peu importe comment on rencontre les gens en voyage, le tout c’est de vivre un petit moment ensemble ! Elle me fait découvrir son Gamla Stan, autrement que lorsqu’on est touriste. On parle longuement de sa vie ici, je me renseigne encore sait-on jamais haha, moi qui ne veux plus jamais partir de Stockholm… Ça fait du bien d’échanger longuement avec quelqu’un ! Et à la moitié du solo trip, ça tombe à pic

Jour 6

Ce matin, j’ai RDV avec Nadya de Visit Stockholm. Je lui avais demandé conseil pour un guide afin de visiter le parc national Tyresta. Elle a trouvé le guide et elle s’est aussi proposée de venir avec nous. Lucky me ! Nous commençons par prendre un café ensemble. C’est ma première longue discussion en anglais. Le courant passe super bien ! Nous rejoignons le parc où Peter nous attend. Nous passons 3h avec lui à randonner dans le parc national. Ils font l’effort de parler anglais pour moi, ou me dire de quoi ils parlent lorsqu’ils reprennent en suédois. Très sympa de leur part !
Je réalise (encore plus !) tout ce que le blog m’apporte et me permet. Sans lui, je n’aurais pas été en contact avec Nadya ni Peter ; j’aurais sûrement renoncé à visiter le parc national seule et d’un côté j’aurais eu raison car nous étions vraiment seuls au monde. Grinda seule ça allait mais le parc je n’aurais pas trouvé mon chemin et aurais un peu beaucoup paniqué (même si Nadya était ultra surprise que ça ne me semble pas normal de me promener seule dans la bois).

Après une journée entière à parler anglais, à parler tout court d’ailleurs, je suis ultra reboostée. J’adorais tellement l’anglais jusqu’au lycée, ça me manquait ! Et moins on pratique, moins on a confiance pour le parler librement alors j’étais bien contente de moi. Je suis tellement reboostée que ce soir, je fais mon premier resto seule ! Un resto à baos (mon obsession) où il y a un comptoir contre la vitre avec vue sur la rue donc pas vraiment le sentiment d’être seule. Je regarde les passants, mais aussi la neige tomber ! Ça aurait pu être la grosse loose étant donné qu’on est en mai mais je trouve ça  juste magique !

Jour 7

Dernière journée complète. Le soleil brille à nouveau, j’ai envie de faire mille choses encore même si j’en ai déjà vu beaucoup. Je change mille fois le programme de ma journée dans ma tête avant de partir puis me décide enfin. J’arpente une dernière fois les ruelles de Gamla Stan, pour me remémorer aussi mon premier voyage ici où je logeais, avec mon amie Marion sur l’île à Castanea Hostel. Il fait beau puis il neige par à-coups. Dans cette vieille ville qui parait presque irréelle, j’ai l’impression d’être à quelques jours de Noël. Le soleil brille à nouveau lorsque je longe les quais, je ressens vraiment ce sentiment de liberté que donne le solo trip. Je visite un musée, déjeune seule, fait un autre musée assez excentré. Ça aurait pu me décourager dans une autre ville, ou même juste à Marseille mais ici tout paraît plus simple. Merci les transports en commun qui desservent tout très bien !

Je change encore plusieurs fois le programme de mon milieu d’aprem dans ma tête, pour finir par m’écouter. Je suis quand même assez fatiguée, j’ai froid. Alors je vais me caler dans le café où nous avons commencé la journée hier avec Nadya. Je me sens bien, contre la fenêtre à regarder encore la neige tomber tout en buvant mon excellent chaï tea.
Pour Fika, je rejoins Nalou. Nous nous suivons depuis bien 5 ans, les débuts de nos deux comptes. Elle vit depuis 8 mois à Stockholm et me fait baver chaque jour avec ses photos de fika. Cette fois je teste une adresse avec elle. Un sans-faute bien-sûr et encore une chouette rencontre ! Je n’aurai pas vraiment rencontré de gens « naturellement » durant mon voyage mais ces petits RDV grâce à Instagram m’ont fait le plus grand bien et plaisir !

Jour 8

Dernier réveil. Il fait beau, j’en profite pour faire un dernier petit tour dans Stockholm. Dans le métro, on me demande un chemin en suédois. J’adore qu’on me prenne pour une habitante de Stockholm haha. Une dernière chouette discussion avec ma Airbnb puis je pars direction l’aéroport. Le cœur lourd, avec, comme la dernière fois, la hâte d’y revenir encore !

Premier voyage en solo, le bilan

Si vous êtes encore là, merci ! Je vais essayer de la faire un peu plus courte cette fois, alors voilà ce que je retiens de ce premier voyage en solo :

  • J’hésitais à retourner une 2e fois à Stockholm. J’avais peur de ne pas l’ aimer autant que la première fois, et le monde est tellement vaste que retourner 2 fois dans la même destination est peut-être un peu dommage. Pour ce premier solo trip, c’était parfait. La ville est ultra safe, j’y avais de nombreux repères mais tout de même plein de choses à découvrir, les gens sont adorables… Good choice !
  • Choisir un logement où on peut se faire à manger, pour le soir c’est quand même mieux si on n’a pas envie d’aller au resto solo, puis c’est aussi plus économique surtout pour une destination chère comme Stockholm
  • L’auberge de jeunesse n’est pas forcément l’endroit parfait pour rencontrer des gens, du moins en Suède à cette période de l’année. C’est un pays où les gens sont assez réservés, et à cette période ce n’est pas encore super touristique. Par contre, Instagram c’est vraiment pratique pour ça 😀
  • Programmer au moins une chose par jour pour se donner un but. Arriver à cet endroit à telle heure pour qu’il n’y ait pas trop de monde, avoir rdv à telle heure avec telle personne. Quand on est quelqu’un d’assez organisé et qu’on est livré à soi-même pendant plusieurs jours, ça aide J Et rien n’empêche qu’entre temps on se laisse vraiment porter par ses envies en fonction de son état, de la météo, de ses rencontres…
  • L’appareil photo, mon meilleur ami. Ça paraît bête mais la photographie est vraiment quelque chose de personnel. D’être seule pour prendre en photo ce que je veux, comme je veux, le temps que je veux, et bien c’était plutôt agréable ! Photographier aussi me donnait un but, et de savoir que j’allais partager ces images avec mes proches et avec vous donne l’impression qu’on n’est pas vraiment seul
  • On se sent encore plus comme un local. L’avantage avec Stockholm c’est que j’ai rarement eu besoin de GPS donc marcher d’un pas décidé dans les rues de Stockholm ou flâner sans avoir le nez sur Google Maps m’ont encore plus fait me sentir comme chez moi
  • A refaire ! Peut-être pas une semaine, même si je n’ai pas du tout trouvé ce séjour trop long et que je serais bien restée. Mais je me verrais bien passer un long week-end à Édimbourg ou Copenhague que je veux faire depuis longtemps ! Oui toujours dans le Nord et toujours en Europe mais je vous ai dit, je ne suis pas une grande baroudeuse alors je commence tranquillement 😉

J’espère que cet article en aidera plus d’un à passer le pas du voyage en solo et à organiser ce solo trip ! Bien-sûr, vous ne serez pas une grande majorité à vous retrouver dans mon article car comparé à ceux qui partent en tour du monde en solo ou tour d’un continent, mon aventure parait ridicule. Mais si vous vous retrouvez dans ma personnalité plutôt organisée, réservée, un peu peureuse mais pleine de curiosité, alors foncez !

Et vous votre premier solo trip, c’était quand ? Où ? Comment ?

Total
1
Shares

6 commentaires

  1. Chouette article sur Stockholm ! La capitale suédoise me tente bien, surtout depuis qu’on a visité Copenhague (qu’on a adoré au passage). J’aurais pas cru qu’il y avait de quoi s’occuper une semaine cela dit. Jamais trop fait de voyage solo (ou du moins c’était il y a longtemps), je ne suis pas sure d’aimer ça… mais bon qui sait.

    1. Stockholm est pleine de trésors ! J’ai profité d’avoir du temps pour visiter les alentours + nature aussi 😉 Et c’est bien plus grand que Copenhague je crois. En revanche, Copenhague me tenterait bien pour un prochain week-end en solo 🙂

      Bises,
      Julie

  2. Oh bah je ne savais pas que tu étais partie en solo. C’est cool ! J aimerais m’en faire aussi ; j’ai trop pris l’habitude de laisser parler Ben pour nous deux. Des moments je me sens assistée. Partir seule me ferait du bien pour reprendre confiance en moi & me forcer à parler anglais (même si je fais des erreurs). Le problème c’est que pour l instant je ne suis attirer que par des voyages qui ne sont pas recommandés de faire seul hahahah ! À voir quand on rentrera en France pour faire une capitale européenne pourquoi pas 🙂 (genre Stockholm que je ne connais pas et qui me donne très envie).
    Des bisous

    1. Eh oui ! Fallait bien sauter le pas, et choisir Stockholm était la meilleure des idées. Et j’y retournerai volontiers te guider 😉

      Bisous !

  3. J’ai aussi 27 ans et je suis aussi en plein premier solo trip comme quoi ! ^^ Je me retrouve beaucoup dans ton article, comme toi j’ai adoré pouvoir être prise plus facilement pour une local, prendre le temps pour les photos… j’ai aussi eu la peur de manger seule au resto pendant longtemps jusqu’à mon voyage en Pologne où j’ai dû le faire pour la première fois. J’étais contente de voir que pendant ce voyage, j’ai pu le faire de façon très naturelle.

    1. Ca alors ! J’aurai cru que tu l’avais déjà fait, vu tes nombreux voyages haha ! En tout cas ton premier solo trip avait l’air top ! Mais je ne sais pas si j’aurai tenu si longtemps 😉

      Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*