Un nouveau lieu culturel ouvre dans la cité phocéenne : le Centre Photographique Marseille. La Joliette va devenir le QG des amateurs de photographie en proposant un lieu d’art, de rencontres, de découvertes avec des expositions, des ateliers photo, des formations et masterclass…                  Sunwhere vous y emmène en avant-première !

Le tout nouveau et tout premier Centre Photographique de Marseille ouvre ses portes samedi 24 novembre et fête l’inauguration du lieu et le premier vernissage demain soir à partir de 19h.
Quelques jours avant l’ouverture, j’ai rencontré Erick Gudimard, directeur du lieu. Ancien photographe, il est le directeur des Ateliers de l’Image. En 2007, la structure ouvre la Galerie La Traverse entre le Vieux-Port et place de Lenche; 80m² d’exposition et où sont organisés de nombreux évènements. En 2015, il faut quitter les lieux. C’est l’occasion de réfléchir à autre chose de plus grand.
Le territoire a une place forte dans le monde de la photographie. On a les Rencontres d’Arles, l’école nationale de la photographie à Arles également, la Nuit de l’Instant, la Photographie Marseille ou encore Polyptyque. Si la lumière du Sud et ses paysages ont attiré les peintres; depuis plusieurs années, Marseille et ses alentours attirent de plus en plus de photographes, notamment des parisiens voulant s’installer dans le Sud. Ici la photo est plus brute, plus populaire aussi, différente de ce qu’on peut faire dans la capitale. Ouvrir un véritable lieu consacré à la photographie était une évidence, presque une nécessité.

 

Un lieu conséquent a donc été imaginé avec l’aide de la mairie de Marseille et du Département. L’occasion d’un local de 300m² s’est présentée dans le quartier de la Joliette. Un lieu stratégique entre le FRAC, le Mucem, le J1… De quoi faire vivre, dans le quartier, une vraie ébullition culturelle. Le 2 rue Vincent Leblanc a accueilli les archives de la Région, une imprimerie… Il y avait alors la volonté de garder le côté industriel. Les volumes sont grands, tout est épuré du sol au plafond. La transformation est réussie.

Alors, qu’est-ce qu’on y fait au Centre Photographique de Marseille ?
On s’initie à la photographie. Pas vraiment aux techniques pures mais on apprend à se situer dans la photographie, car c’est un peu comme apprendre à se situer dans le monde. On apprend à apprécier cet art contemporain. A l’heure où tout le monde est un peu photographe, il est aussi important de comprendre ce qu’on fait, ce qu’on voit; pas seulement d’appuyer sur le déclencheur ou scroller son feed Insta.

Le centre photographique expose des artistes, avec des expositions longues de 10 semaines et des plus courtes. Les artistes présentés sont sélectionnés selon leur démarche. Car ce ne sont pas que des œuvres qu’on expose mais des personnes, avec leur personnalité et leurs engagements. Idéalement, sur une année, 1/3 des artistes seront de la région, 1/3 nationaux, 1/3 étrangers. Un partenariat avec Hambourg est d’ailleurs en cours. Le but des expositions et différentes rencontres est de créer des débouchés professionnels pour les artistes.
C’est aussi un lieu pour se former avec des masterclass à destination des professionnels; découvrir avec des ateliers pour adultes mais surtout beaucoup d’ateliers jeune public pour initier les scolaires à l’image; échanger avec des rencontres et des débats. Partager aussi avec des brunchs, des soirées… De quoi animer la Joliette !

D’ici mai/juin 2019, l’étage du Centre Photographique proposera un centre de ressources et documentation pour les artistes, photographes. De quoi bouquiner longuement pour s’inspirer ou en apprendre davantage sur la photographie.

Le centre photographique s’appuie sur le modèle anglo-saxon en étant un lieu ouvert, à la proposition artistique gratuite. A terme, une boîte aux dons, comme ça se fait beaucoup au Royaume-Uni, sera ouverte pour que chacun participe comme il le souhaite à ce lieu culturel. La programmation occasionnelle comme les ateliers et les brunchs sera payante (15€ le brunch, le moins cher de Marseille !).

Et la première exposition ?
Monique Deregibus, artiste marseillaise à la renommée internationale inaugure les murs du centre photographique avec l’exposition « Hypothèse du Regard, variations discontinues et greffes instables » à voir jusqu’au 27.01.2019. Monique était professeur aux Beaux-Arts de Valence, de Lyon et à l’école de photo d’Arles pendant 30 ans en étant artiste en parallèle. Entre 89 et 99, elle photographie toujours le même endroit, un paysage particulier du Nouveau Mexique aux Etats-Unis. Une amie à qui elle rend visite à Las Vegas l’emmène dans ce désert, dont on lui a parlé. Monique est fascinée. Passionnée d’histoire, ce n’est qu’après qu’elle réussit à expliquer pourquoi ce lieu l’obsède autant : le désert a été le lieu où les indiens pueblo avaient élu domicile et où a eu lieu leur génocide. Des traces de leur passage sont encore gravés sur des pierres. C’est aussi à une 100aine de kms de là qu’a été inventée et testée la bombe atomique. De quoi ne pas laisser indifférent. Vous retrouverez de nombreux clichés de ce désert dans l’exposition. Monique montre également la folie humaine dans son travail, à travers la guerre. La guerre la tarabuste mais lui serait insupportable à voir. Elle est en revanche très curieuse de la reconstruction. Chypre, le Liban… Plusieurs clichés post-guerre de lieux ou scènes atypiques sont également exposés au centre photographique. Monique considère que la photo est muette de l’Histoire. Alors pour aller plus loin, elle écrit des livres, qui accompagnent son travail photographique. N’hésitez pas à l’interroger sur son travail lors du vernissage; ses réponses vous feront voyager et vous donneront de nombreuses clés de compréhension.

Le Centre Photographique Marseille est un lieu plein de belles ambitions à qui on souhaite tout le succès qu’il mérite ! RDV dès vendredi soir pour l’inauguration !

Centre Photographique Marseille
2 rue Vincent Leblanc / 74 rue de la Joliette
13002 Marseille – arrêt tram République – Dames, métro Joliette

Total
36
Shares

2 commentaires

  1. Quelle bonne nouvelle. En plus le lieu a l’air très beau.
    J’adore le côté épuré.
    je vais y aller, c’est sûr.
    Merci de me l’avoir fait découvrir et bravo pour ton blog.

    1. Avec plaisir Alana ! Il faut encourager ces bonnes initiatives autour de la photo 🙂 Ca promet d’être un chouette lieu !
      A bientôt sur le blog,
      Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*