Au coeur des Alpilles, perché sur son rocher, les Baux-de-Provence fait partie des « plus beaux villages de France ». Le château des Baux et les petites rues piétonnes sont incontournables, mais les Baux ont bien plus à offrir entre culture, patrimoine et savoir-faire typique pour un week-end en Provence.

A 90km (1h15) de Marseille, 15km d’Arles et 25km d’Avignon, les Baux-de-Provence sont l’excursion parfaite lorsqu’on a envie de s’éloigner de la ville, découvrir l’arrière-pays et vivre tout ce qu’on imagine des clichés de la Provence. Comme pour beaucoup de petits villages touristiques, les Baux sont victimes de leur succès. Comme d’habitude, je vous conseille d’y aller hors saison, idéalement en semaine. J’adore y aller entre septembre et novembre, avant que les adresses du village ne ferment mais lorsque le coin n’appartient plus qu’aux locaux et que c’est la pleine saison pour les olives des Baux (surtout lorsque les olives cassées sont prêtes. Mon pêché mignon !). Alors, que faire en un week-end aux Baux-de-Provence ?

Visiter le village des Baux-de-Provence

Cité médiévale, le petit village perché des Baux-de-Provence compte 22 monuments historiques. Parmi eux, le château des Baux bien sûr. Ce dernier est en ruine mais se visite et accueille régulièrement des expositions en plein air. En flânant dans les rues, on lève la tête pour ne pas manquer la fenêtre Post Tenebras Lux, vestige de la Renaissance. Le musée Yves Brayer, le musée des santons ou encore la chapelle Saint-Vincent aux Baux sont également à visiter.

Manger aux Baux-de-Provence

Le revers des villages touristiques, c’est qu’il est toujours compliqué de trouver une vraie bonne adresse pour manger. Mais les Baux-de-Provence est le village de France le plus étoilé, proportionnellement à son nombre d’habitants. Alors, où manger aux Baux-de-Provence, à tous les budgets ?

  • Plutôt raw food ?

Les Baux Jus est le type d’adresse qu’on ne s’attend pas à retrouver parmi la dizaine d’autres restaurants très touristiques du village. Les adresses de raw food sont très rares dans le Sud voire inexistantes. Paul et Véronique l’ont fait. Dans un joli intérieur voûté, en pierre, vous pouvez déguster des jus bios, frais, maison mais aussi des assiettes crudivores. Amateurs d’alimentation vivante, vous serez ravis du plat au dessert jusqu’à la boisson. Pour compléter l’univers sain, il y a également une petite boutique avec une sélection d’huiles essentielles, savons, eaux florales…

Les Baux Jus
La Fontaine aux Fées, rue de la Calade Les Baux
– Ouvert, à emporter pour le moment – 

  • Ou gastronomique ? 

Depuis 1945, Baumanière est une institution. Les plus grands y sont passés, même la Reine d’Angleterre. Affaire familiale, le domaine de Baumanière c’est aujourd’hui un hôtel 5* aux 2 restaurants gastronomiques. Glenn Viel, chef de l’Oustau de Baumanière a décroché sa 3e étoile en 2020. L’autre restaurant du domaine est la Cabro d’Or, par Michel Hulin. Le chef propose une cuisine provençale raffinée, qui sublime les produits bruts provenant pour la plupart du potager. Je me souviens de mon étonnement puis du régal en découvrant l’un des desserts signature, le millefeuille d’aubergine caramélisée avec sa mousseline de fenouil, crème glacée et huile d’olive. Pour une occasion spéciale ou assouvir l’envie de manger dans un restaurant gastronomique, le menu déjeuner à 60€ est l’idéal.

Baumanière
D27 Mas de Baumanière Les Baux
– Restaurant ouvert à partir du 4 juin –

Voir une exposition grandeur nature aux Carrières de Lumières

« Site naturel classé« , portant autrefois le nom de Cathédrale d’Images, les Carrières de Lumières sont un lieu d’exposition unique. A quelques minutes du village des Baux-de-Provence, au coeur de la roche du Val d’Enfer, cette carrière de pierre propose des projections immersives d’oeuvres, du sol au plafond. Monet, Renoir, Van Gogh, Picasso… Les projections font la part belle aux beaux arts. Il y a une exposition par an, de mars au mois de janvier de l’année suivante. En 2020, c’est Dali qui est à l’honneur. Si vous n’avez pas eu le temps de manger dans le village juste avant, les Carrières de Lumières ont un café au coeur de la roche.
Petite anecdote sur les Carrières de Lumières, elles sont à température constante de 16 degrès. Idéales pour s’abriter de la canicule estivale bien présente en Provence. A bien prendre en compte si vous y allez l’hiver.

Carrières de Lumières
Route de Maillane, les Baux
Ouverture le 27 mai

Avoir un beau panorama sur le village perché des Baux et sa vallée

L’avantage d’un village perché entouré de collines, c’est que les points de vue sont multiples. Vous préférez la carte postale du village ou celle de la Vallée des Baux ?

  • Vue sur le village des Baux : Google nous facilite la tâche avec une indication « Vue sur les Baux » le long de la D27 juste après les Carrières de Lumières.
    Autre joli point de vue également, sur l’autre face du village : les oliveraies de la D27  qui vient de Maussane-les-Alpilles. L’automne, au lever du soleil quand la roche devient rouge et que quelques végétaux ont leurs couleurs d’automne, c’est sublime.
  • Vue sur la Vallée des Baux : Côté pile, il suffit d’aller au niveau de la Chapelle des Pénitents Blancs du village pour admirer le contre-bas. On y voit notamment le domaine de Baumanière.
    Côté face, pour voir l’étendue d’oliviers, la chaîne des Alpilles, il faut serpenter un tout petit peu le long de la D27A, en direction de notre prochain stop, le moulin Castelas. C’est ma vue favorite !

Partir à la rencontre de ceux qui font l’huile d’olive de la Vallée des Baux

Pas besoin de vous rappeler les bienfaits de l’huile d’olive, du régime méditerranéen grâce  auquel on compte un bon nombre de centenaires dans le Sud de l’Europe etc. En revanche, petite piqûre de rappel sur la spécificité de la Vallée des Baux-de-Provence. Depuis 1997, les produits oléicoles des Baux-de-Provence sont nationalement reconnus avec l’AOP huile d’olive de la Vallée des Baux (il y a aussi l’AOP pour les olives cassées et noires). Cet AOP vous garantit une huile de qualité avec notamment des olives spécifiques de la Vallée : Salonenque, Béruguette, Grossane et Verdale des Bouches-du-Rhône.

 

Parmi les domaines oléicoles, j’ai mon petit chouchou depuis quelques années maintenant : le moulin Castelas. Après 15 ans aux Etats-Unis, la famille Hugues revient aux sources en Provence et  tombe en amour pour de vieux oliviers sur le lieu-dit Castelas. Nous sommes en 1997, année de naissance de l’AOP. Depuis, le domaine s’étend sur 110 hectares, allant de leur moulin au pied des Baux-de-Provence à Mouriès en passant par Saint-Rémy-de-Provence et la Plaine de La Crau.

Le moment où je suis tombée en amour sur ce domaine, c’est lorsque j’ai découvert leur huile d’olive fruité noire. Fille du Sud, j’ai été élevée à « la bonne huile ». Celle dont un trait suffit à sublimer de savoureuses tomates, à terminer une bonne ratatouille. Elle est faite à base de deux variétés d’olives noires typiques de la Vallée des Baux et a un délicieux goût confit. Depuis, j’ai découvert d’autres gammes de leurs huiles, notamment les huiles aromatisées (qui n’auront absolument rien à voir avec ce que vous connaissez dans les commerces ou magasins touristiques). Celle au basilic et menthe est ma préférée. Mais celle à l’ail commence à lui faire concurrence… Cela dit, quasiment toutes sont primées, alors allez-y les yeux fermés et dégustez.
En plus d’une délicieuse huile, l’authenticité de Castelas se traduit aussi par l’histoire de famille qu’il y a derrière. Le domaine grandit mais la simplicité, la générosité, le savoir-faire traditionnel restent le leitmotiv. Vous serez toujours bien accueillis au domaine. On vous montrera avec plaisir les coulisses de cette huile AOP avec une visite du moulin (l’automne est une très bonne période) et vous pourrez vous balader dans les oliveraies (avec masque obligatoire en cette période).
Le bonheur provençal par excellence.

Moulin Castelas – Les Baux-de-Provence
Ouvert tous les jours

Sur le chemin du retour… La Provence en bocal

Dans les Alpilles, on fait des pauses shopping pas comme les autres. Du moins c’est mon cas. Lorsque je suis dans le coin, après être passée au Moulin Castelas refaire ma réserve d’huile d’olive, je passe par Maussane-les-Alpilles pour faire ma réserve de produits de Provence. L’histoire remonte à 1920 lorsque Jean Martin décide de percer le secret des olives cassées des Baux-de-Provence, qui marinent dans du fenouil. Il a réussi sa mission puisque les olives cassées Jean Martin sont un délice et même, une référence. Lorsque c’est la période, entre fin septembre et fin octobre, vous les trouverez d’ailleurs chez Terres de Provence à Marseille 7e.

Jean Matin c’est aussi le spécialiste des bocaux provençaux. On succombe d’abord aux tartinades : tapenades aux olives des Baux, caviar d’aubergine, anchoïades… Puis on cède aux sauces tomates, aux bases de produits cuisinés comme la riste d’aubergine ou les légumes de couscous, ou alors leur fameux kit de taboulé et même la soupe au pistou ! Tout est réalisé avec des produits locaux. Et pour avoir goûté les 3/4 de leurs produits, tout est bon et savoureux.
Bonus pour les amoureux de gastronomie provençale, des ateliers cuisine ont lieu sur place (mais pour le moment, en live Facebook).

Jean Martin
9 rue Charloun Rieu 13520 Maussane-les-Alpilles
Ouvert du lundi au samedi 9h30-12h; 14-18h

Culture, nature, gastronomie… Les Baux-de-Provence ont décidément tout pour eux !

 

4 commentaires

  1. Je connais bien les régions, Provence, Alpilles, Baux de Provence, etc. Tout le Sud est propice a la balade et la farniente.
    Beaux paysages, jolies rencontres, bons produits du terroir. Je souhaite y retourner assez rapidement, en dehors des hordes de l’été,
    Et retrouver les lumières et odeurs provençales.

  2. J’imagine le son des cigales, l’odeur des oliviers, le soleil qui tape un peu trop fort sur ma peau de rouquine.
    Je ferme les yeux et je retrouve ces petites sensations du sud qui me manque tant <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*